Le responsable d’une pourvoirie de chasse à l’ours du Nord de l’Ontario est contrarié : le gouvernement de l’Ontario exige maintenant que toutes ses demandes et tous ses documents soient remplis en ligne. Son camp, le Bear Paw Outfitters Camp, se trouve toutefois dans une zone rurale où aucun service internet n’est offert, soit sur la route 11 à l’ouest d’Opasatika, un village entre Hearst et Kapuskasing.

Willy Woodfine dit avoir été récemment avisé par le ministère des Richesses naturelles et des Forêts qu’il est maintenant obligatoire de classer toutes les informations sur ses clients et ses informations d’affaires sur internet.

« Nous avons essayé, ma femme et moi, de les appeler ; on a passé 20 minutes en attente avant de réussir à parler à une personne, dit-il. Nous leur avons dit que nous n’avions pas d’ordinateur et pas de service internet, mais on nous a répondu que tout le monde en a un. »

Sa femme s’est informée de la possibilité d’obtenir le service internet pendant un bon nombre d’années, sans succès. « Ils ne viendront pas ici. »

Le camp n’a aucune technologie, exception faite d’un téléphone fixe et d’un appareil pour imprimer les reçus de permis de chasse à l’ours, comme exigé par le Ministère.

Bien qu’ils se la soient procurée il y a quatre ans, on leur a dit que « la machine est maintenant désuète ».

Le propriétaire dirige la pourvoirie depuis 25 ans et dit ne jamais avoir eu de problème avec le classement des formulaires et la paperasse, ce qu’il a toujours fait à la main pour sa clientèle presque exclusivement américaine.

Il craint que les nouvelles exigences perturbent ses affaires et croit qu’un certain nombre de pourvoiries seront dans la même situation, car elles ne pourront pas avoir la technologie requise pour respecter les exigences.

« J’aime mon travail et j’aime vivre dans le bois, mais le dernier changement demandé par le [ministère des Richesses naturelles et des Forêts], c’est un cauchemar suprême. »

Le respect des nouvelles exigences doit être mis en place avant novembre 2018.

M. Woodfine a ajouté que sa femme ira à Kapuskasing pour rendre visite au député provincial.