Les municipalités de Hearst, Mattice-Val Coté et Constance Lake ainsi que l’Auxiliaire de l’hôpital ne peuvent plus nommer de membres au conseil d’administration de la Corporation de l’Hôpital Notre-Dame.

Le CA a aussi dissous l’adhésion à la corporation qui comptait 67 membres. Cette dernière est maintenant composée des neuf membres du CA.

Les nouveaux règlements, qui ont été adoptés lors d’une réunion spéciale tenue le 22 mai dernier, reflètent de nouveaux prototypes de l’Association des hôpitaux de l’Ontario.

C’est l’association qui recommande de ne pas avoir de membres nommés sur les CA des hôpitaux.

« Il est compréhensible qu’une personne élue par la population à un conseil municipal et nommée par ce conseil pour représenter la municipalité au CA de l’hôpital puisse avoir de la difficulté à toujours prioriser les intérêts de l’hôpital lorsqu’elle participe aux prises de décisions en tant que membre du CA de cet hôpital », explique Suzanne Rheault, vice-présidente du CA, par courriel. Le comité sélectionnera les administrateurs en fonction de leurs compétences, expérience et qualités personnelles.

« Les besoins sont déterminés en suivant la politique du conseil d’administration qui dicte, entre autres, d’utiliser une grille d’expertises de chaque membre afin de connaître les domaines de compétence manquants », précise Mme Rheault. « Par exemple, si l’évaluation démontre qu’aucun des membres actuels n’a de compétence en finances, les candidatures ayant une expertise en finances seront priorisées. Ce changement permettra de former un conseil plus apte à comprendre les enjeux et à prendre des décisions éclairées. »

Mme Rheault ajoute que le rôle du CA est d’assurer que le plan stratégique de l’hôpital, qui tient compte du fait que l’hôpital dessert aussi les communautés de la Première Nation de Constance Lake et de Mattice-Val Côté, soit mis en oeuvre par la direction « de façon efficace et efficiente tout en respectant les nombreuses lois auxquelles les hôpitaux ontariens sont assujettis ».

« Ce travail doit continuer à se faire au niveau administratif, mais n’est pas nécessaire au niveau de la gouvernance », dit-elle.

Pour sa part, le maire de Hearst, Roger Sigouin, dit ne pas avoir de problème avec ce nouveau règlement.

« Comme municipalité, on a assez de nos issues à nous autres sans aller au niveau de la santé et ce n’est pas dans nos connaissances non plus », dit-il.

Le conseiller André Rhéaume n’est toutefois pas du même avis.

« C’est sûr qu’ils vont élire les amis du régime », dit-il. « Le CA va s’arranger pour ne pas avoir de membres avec des points de vue différents. C’est une autocratie. Le CA va juste étamper les décisions de l’administration. »

M. Rhéaume avait été désigné par la Municipalité pour siéger au CA de l’hôpital en 2014. Deux ans plus tard, le CA a demandé à la Municipalité de nommer quelqu’un d’autre. Elle a nommé le conseiller Gérard Proulx lors d’une réunion spéciale tenue le 23 février 2017.

« Quand on les conteste, on se fait crisser dehors pareil. »