L’Équipe de santé familiale Nord-Aski a acheminé à la Ville de Hearst, dans le cadre de la réunion du mardi 24 avril, une lettre provenant d’une citoyenne déplorant le temps d’attente pour obtenir un rendez-vous chez l’optométriste Dr Thierry N. Guindon.

Dans la lettre, Thérèse Vachon a mentionné vouloir faire un rendez-vous à la mi-février, mais il n’y avait pas de place avant le mois de mai. On lui aurait demandé de téléphoner deux semaines plus tard, puisque l’horaire de mai n’était pas sorti. On lui aurait répondu la même chose lorsqu’elle a rappelé dans le délai demandé : l’horaire pour mai n’était toujours pas sorti.

En entrevue, Dr Guindon explique que son bureau avait mis les rendez-vous en attente « parce que le monde oublie » lorsque les délais d’attente sont trop longs.

Il dit cependant que les délais sont seulement pour les rendez-vous routiniers et qu’il est en mesure de voir les urgences la même journée, tout dépendant de la flexibilité du patient.

La prochaine place disponible pour un rendez-vous routinier en date du 1er mai était le 13 juillet, soit deux mois et demi plus tard, a confirmé Le Nord. Pour sa part, Dr Guindon dit chercher de l’aide depuis des années, mais ce n’est pas évident puisque les optométristes ne seraient pas intéressés à venir travailler à Hearst. Il dit que c’est également le cas dans les autres domaines de la santé, soulignant que la majorité des médecins, dentistes et pharmaciens établis à Hearst sont originaires de la région.

« Je ne peux pas forcer quelqu’un à venir travailler avec moi », dit-il. Dr Guindon met l’accent sur le fait que la personne doit être bilingue et que seulement deux écoles offrent la formation d’optométrie au Canada, soit l’Université de Montréal et celle de Waterloo.

Il prétend que le manque d’optométristes n’est pas unique à Hearst, mais que ce serait un problème dans le Nord de l’Ontario.

« On cherche tous à combler le manque », dit-il.

Mais dans sa lettre, Mme Vachon écrit qu’elle a obtenu un rendez-vous dans le délai d’une à deux semaines à Kapuskasing.

Le Nord a pu confirmer que la prochaine journée disponible pour un rendez-vous routinier chez l’optométriste Dr John Mayer, à Kapuskasing, en date du 1er mai était le 8 mai, soit huit jours plus tard. Chez l’optométriste Dr Bruno Leblanc, aussi à Kapuskasing, la prochaine espace disponible en date du 1er mai était le 11 mai, soit 11 jours plus tard.

Le 9 mai, à la clinique Family Eye Care, à Timmins, on pouvait obtenir un rendez-vous routinier dans un délai d’une semaine ou deux avec trois des quatre optométristes disponibles.

Toutefois, Dr Guindon explique, entre autres, les délais avec sa liste de 12 000 patients de Greenstone à Kapuskasing, soulignant qu’aucun autre docteur à Hearst a autant de patients.

Il dit également qu’il n’a aucune aide de la Municipalité, financière ou autre, pour faire du recrutement. S’il se consacre à faire du recrutement, il ne peut voir de patients et vice-versa, dit-il.

Il admet aussi que le recrutement n’est pas son domaine.

« J’ai pas la clé pour comment promouvoir Hearst pour attirer un optométriste », dit-il.

Réponse du conseil municipal

Le maire de Hearst, Roger Sigouin, a dit lors de la réunion du mardi 24 avril avoir rencontré Dr Guindon plus tôt cette année ;

« C’est certain qu’il veut essayer de trouver une manière comment faire pour attirer quelqu’un à Hearst. Il veut avoir quelqu’un pour aider dans le bureau parce qu’il ne fournit pas. »

Dr Guindon lui a demandé si la Ville ne pouvait pas faire quelque chose pour l’aider à recruter.

« Moi, j’y ai dit : ‘écoute, on peut faire demande au conseil, si tu vas à l’extérieur pour recruter puis le conseil dit qu’on va envoyer quelqu’un avec toi, on va le regarder, pour vendre la communauté’ », mentionne M. Sigouin.

Le conseiller Daniel Lemaire a suggéré de demander à la personne responsable du recrutement de médecins et d’infirmiers à l’Hôpital Notre-Dame de Hearst pour qu’elle travaille aussi au recrutement d’un optométriste.

Réponse de l’Équipe de santé familiale

« Je partage entièrement votre frustration concernant le peu de service d’optométrie qu’on retrouve à Hearst », a répondu Jacques Doucet, directeur général de l’Équipe de santé familiale, à Mme Vachon.

M. Doucet explique cependant que l’Équipe de santé familiale n’a pas d’autorité sur les services d’optométrie puisqu’il s’agit d’une entreprise privée, ce qui n’est pas financé par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée.

« Selon moi, le seul recours qui se présente aux résidents de Hearst est de faire pression auprès du conseil municipal pour que des efforts de recrutement soient effectués dans le but d’attirer un second commerce en optométrie. »